CPCCN, Comité Permanent du Congrès Colonial National
CPCCN, XIième Session (1955), l'Habitation du Congolais en milieu extra-coutumier
Softcover, in-8, 219 pp.
Note Lucas Tessens: Le Rapport de la Commission pour l'étude de l'habitation du Congolais se trouve en annexe, pp. 126 s. Il est d'une importance non-négligeable. Le rapporteur est Gérard VAN VEEN.
La discussion dans l'assemblée est par moments très vive quand il s'agit de la propriété foncière pour les indigènes.
A rappeler que c'est le roi Baudouin qui avait dans un discours: 'La première condition est, me semble-t-il, de procurer à l'indigène un logement convenable, en l'aidant à acquérir la propriété d'une habitation familiale décente. Pour contribuer à la réalisation de ce projèt, j'ai décidé la création d'un fonds, auquel je désire donner le nom de Fonds du Roi, afin de rappeler à la population que la Dynastie s'est toujours assigné la tâche de lui apporter plus de bien-être et le bonheur.' (126)
Serait-il possible que le jeune roi Baudouin n'avait pas connaissance des atrocités de Léopold II ? Ou est-il dans la négation totale?

La question de l'habitation est d'une importance capitale considérant qu'elle engloble le droit à la propriété, la possibilité de donner gratuitement des terres aux indigènes, le cadastre, l'impôt, le statut des 'terres indigènes', la spéculation, le droit de donner en location un immeuble, les Congolais immatriculés (voir le décret du 23 février 1943 et le décret du 17 février 1952), les non-immatriculés (la grande masse), ...
Notons que 'Dans l'état actuel des choses, la 'personne publique' propriétaire de ces terres visées par le décret (du 23 février 1953, LT) est, soit la Colonie, soit dans leur domaine respectif, le Comité Special du Katanga ou le Comité National du Kivu.' (139)

A la page 140 nous retrouvons la question de la redistribution des terres.
Alors le rapport constate: 'Aujourd'hui certains indigènes déclarent qu'ils ne comprennent pas pourquoi ils doivent acheter en payant la terre qu'ils demandent pour y construire une maison, puisque cette terre est 'Congolaise' et comme telle leur appartiendrait déja.'
En fait, c'est la logique du Congolais qui bouleverse et met en question le colonialisme belge (et pas des Belges !). Dans ce cas le Belge est considéré comme un usurpateur et un occupant.
L'indigène avait probablement bien compris les contes de la Fontaine.

€ 25.0

Bestel